“HISTOIRE DU NET” Olivia et ses colocata

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bbc

“HISTOIRE DU NET” Olivia et ses colocataCette histoire s’est déroulée il y a quelques années de cela maintenant, lorsque je venais d’emménager dans mon premier appartement d’étudiant. J’étais loin de ma famille et de mes amis. Après un an passé seule dans ce logement, je me sentais totalement désœuvrée, moi, la petite Olivia à peine majeure et obligée de se débrouiller toute seule. D’autant que je me séparai à cette période de mon copain car j’en eu assez d’une relation longue distance.Qui pouvait désormais bien prendre soin d’une petite étudiante charmante qui détournait plus d’un regard ? (pour rappel mes chers lectrices et lecteurs, que je suis une brunette aux yeux marron, au teint légèrement hâlé qui possède de jolis seins en pomme et des fesses bien rebondies) Après d’âpres négociations avec mes parents, ils acceptèrent enfin que je prenne un colocataire pour me sentir moins seule : Marcus, un ami d’enfance. Ils avaient entièrement confiance en lui, car il a toujours été très protecteur avec moi. Ils le voyaient comme l’ami fidèle et dévoué.Mais, ce dont papa et maman ne savaient pas, c’est que ce fut lui qui prit ma virginité…Nous nous sommes un peu perdu de vue depuis quelque temps, à cause de la distance, mais ma solitude me poussa à renouer des relations avec Marcus. Il emménagea un matin dans mon petit appartement, à deux pas de mon université. Il fut occupé à découvrir les lieux toute la journée et je le laissai tranquille jusqu’au soir. Nous regardâmes la télévision, comme au bon vieux temps où nous passions de nombreuses soirées ensemble. Bien vite, des souvenirs canlı bahis d’adolescentes remontèrent en surface :***Je me rappelai comment l’une de ces soirées dégénéra… comment d’un petit câlin amical, se transforma en un gros câlin… Ce soir là, mes parents étaient sortis chez des amis et j’étais seule à la maison.Comme il faisait chaud, je portais une tenue plus sexy que d’habitude : un haut avec un gros décolleté plongeant, une petite jupe et un string. A la télé, il y avait une comédie romantique. J’eus alors envie d’un peu de tendresse et je m’approchai donc de Marcus. Je commençai à lui faire des petits bisous dans le cou. Toutefois, d’un mouvement brusque, le jeune puceau m’embrassa à pleine bouche. Ce mâle viril était beaucoup imposant que moi et me bascula sans forcer sur le canapé. Face à cette masse musculeuse, toutes mes tentatives de me dégager furent vaines.Marcus plongea sa tête entre mes jambes pour humer l’odeur de mon intimité, avant de me bouffer le minou à travers mon string. Il adorait tellement mon odeur, qu’il passa un bon quart d’heure à lécher ma fente toute fraiche. Il s’abreuva de ma mouille qui coula en abondance.Je n’en pouvais plus, je voulais plus que sa langue._ Arrête Marcus, lui-demandais-je. Viens là…Tandis que je retirai mon string, je contemplai avec stupeur l’énorme sexe de mon mâle. Son engin dépassa le double centimètre : il était presque aussi grand que mon avant-bras ! (Je suis assez petite, j’ai donc des petits bras).Je me retournai en lui tendant mes fesses et me mettant à quatre pattes sur le rebord du canapé.Bam ! bam ! bam ! nos chairs bahis siteleri s’entrechoquèrent mais, le puceau n’était pas en moi. Sa poutre se frotta entre mes cuisses et mon bassin. Je le laissai faire car je pensai qu’il le faisait exprès pour m’exciter davantage (ce qui marcha beaucoup !). En réalité, sous l’effet de l’intense excitation et de l’inexpérience, Marcus ne réalisa pas qu’il n’eut pas été en moi._ Attends, tu n’es pas dedans… finis-je par lui dire après quelques minutes.Je saisis son membre avec ma main gauche pour le placer à l’entrée de mon con encore intact._ Tu peux y… aaaaahhhh ! ahhhh ! J’avais l’habitude de me caresser, de me doigter, de m’enfoncer le bout de mon peigne dans mon vagin, mais là, ce fut d’un tout autre niveau. Je sentis ce pilon me déchirer l’intérieur et s’enfoncer bien profondément en moi. Il me fit mal, très mal, mais Marcus n’en avait rien à faire. Il me dépucela sauvagement. Il me baisa comme une petite chienne. Plus je couinai et plus il me bourra fort et vite. Au bout de quelques minutes à peine, ma fente étroite eut raison de son tronc trop large. Marcus vida alors ses couilles de puceau en moi.En se retirant, un filet de sperme mêlé à du sang dégoulina le long de ma jambe… J’eus à peine le temps de reprendre mes esprits qu’il revint à la charge, encore plus violemment. Le plaisir pris alors le pas sur la douleur._ oh oui je vais jouir, je vais jouir, fait moi jouir, ah, ouiiiii !!!Ce fut l’un des orgasmes les plus mémorables de toute ma vie. J’eus des spasmes pendant de très longues minutes, tandis que mon amant me fourra une nouvelle bahis şirketleri fois l’abricot de sa semence. ***En me remémorant cette première expérience, je mouillai abondamment. Je dégageai ainsi une odeur de femelle en chaleur. Marcus sentit immédiatement mon excitation et commença à me désirer. Il eut une belle trique et je pus m’empêcher de lui tailler une pipe, de mettre cet énorme sexe dans ma bouche et avaler tout ce qui en sortit. Toutefois, il se dégagea rapidement de mon étreinte pour me prendre par-derrière. _ Vas-y viens me dépuceler ! Baise-moi comme si c’était ma première fois :, hurlais-je de plaisir.Il s’exécuta et s’accoupla avec moi comme une bête déchainée, pilonnant frénétiquement mon petit con étroit, comme lors de cette première fois mémorable.Marcus me souilla de sa semence à de nombreuses reprises. Je jouis… une fois, puis deux et…une troisième fois, avant qu’il fût enfin repu de son désir ardent. Il resta un long moment en moi, après avoir déchargé une dernière fois sa semence, me procurant davantage de plaisir. Après un long câlin, il me sortit de ma torpeur en me léchant le visage… _ Qu’est ce qu’il y a Marcus ? Le mâle saisit sa laisse avec sa gueule et se mis assis en bas du lit : il voulait que j’aille le promener.Ah oui, c’est vrai, suis-je bête… mes chers lectrices et lecteurs, j’ai oublié de vous préciser que mon cher Marcus s’avère mon chien de compagnie, un beau Matin de Naples bien massif…Eh oui, lorsque l’on habite dans village perdu au milieu de nulle part, il faut bien trouver du réconfort comme on peut… Mais, pas une fois je n’ai regretté d’avoir donné ma virginité au plus fidèle compagnon que j’ai jamais eu de ma vie… D’autant qu’aucun des nombreux puceaux (humain) que j’ai fréquentés fut aussi bon la première fois avec moi que mon beau Marcus.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir